IMAGO

(création octobre 2003)

Quelques mots d'allusion:

Voilà un monde où d'innombrables tribus croisent, en cohortes pressées

, des solitaires affairés, chacun s'obstinant de manière imperturbable à remplir sa secrète mission,

ordonnée par une Nature qui orne de mille couleurs et parfums son terrible compte à rebours.

Chaque geste répond à une urgence, à un signal.

Dans ces immenses territoires parsemés de Cités labyrinthiques,

les routes balisées et les chemins de traverses sont pleins de dangers.

Pièges et embuscades mortelles y sont légion et pourtant tout y semble si normal.

Tout un univers que l'on dirait issu de la littérature fantastique se trouve près de nous, si près et pourtant si loin.

A nos pieds et autour de nos têtes agacées,d'infimes bestioles rampent,

virevoltent, crissent et bourdonnent frénétiquement sans remettre en cause l'implacable logique qui les fait agir.

C'est à la loupe que nous passons tout ce petit monde et, si cela ne suffit pas,

quelque miroir déformant nous révélera sûrement le grain de sable qui perturb

e la vie si bien tracée de tous ces insectes et autres arachnides peuplant des herbes soudain devenues folles

. Car l'inconcevable s'est produit! Un être inattendu a fait son apparition sous la forme d'une larve,

si difforme que personne n'en réclame la paternité. Confronté au regard de ses "semblables" (ou à leur indifférence),

ce petit parmi les petits part alors à la recherche de ses racines et de son identité.

Traquant les détails qui le lient aux autres ou qui, au contraire, le rendent si singulier,

il tissera patiemment sa personnalité en une lente métamorphose.

En creusant la petite galerie des personnages qu'il croisera et en contournant les dangers de cette aventure miniature,

du cocon de son enfance il saura trouver le chemin vers l'imago et prendra place parmi les siens.

Le plus difficile étant de devenir ce que l'on est. C'est l'histoire d'une double poursuite.

Celle d'un insecte très particulier, rejeté pour cela par ses semblables,

à la recherche de la communauté qui le reconnaîtra

. Celle, également, d'un collectionneur un peu fou sur les traces

de ce spécimen unique dont il voudrait faire le joyau de son catalogue.

Une partie de cache-cache en deux dimensions s'engage alors

où l'apiculteur dorlotera l'abeille qui ne butine que les pensées

pendant que l'araignée artiste se prépare à exposer ses toiles à l intention de la mouche enrhumée

sous l'œil impavide du bousier pressé.

À travers un théâtre d'ombres jouant avec les dimensions et la déformation,

la Loupiote invite à découvrir le "vaste minuscule". La musique, en notes et bruitages infimes,

égrène les sons au fil de l'histoire comme autant de phéromones traçant des pistes à suivre…

 

Accès au dossier complet

 

Retour à l'accueil